Juste pour le plaisir, et histoire de maintenir un peu le blog à jour, une vieille expérimentation avec Emilie laissée depuis en suspens : jouer sur la profondeur de temps de chaque pixel d'une vidéo, en fonction de sa luminosité. Plus un pixel va être lumineux, et plus il va durer dans le temps, décalant les autres à venir. Si tous les pixels de la matrice sont discrets, ceux qui leur sont contigus disposent de valeurs colorimétriques approchantes, ce qui donne une certaine continuité, une harmonie dans les décalages de mouvements.
Sinon, ne me demandez pas pourquoi nous avons utilisé une vidéo de canards sauvages.