Type : installation interactive et sonore
Lieu : Nautilus.cet / maison populaire de Montreuil
Date : 13 au 30 mai 2008
Conception/réalisation : Maxime Marion

Chessynthesis est un projet de type installation/performance qui consiste en un jeu d'échecs immersif où l’état du jeu est dynamiquement retranscrit en son.

L’analyse en temps-réel de la position des pièces au-dessus de l’échiquier, même lorsque la pièce est toujours dans la main du joueur, permet l’analyse des diverses incidences tactiques et stratégiques de la partie en cours. Le résultat de ces analyses est alors interprété et retranscris de manière sonore et harmonique.

Le son se présente sous forme de nappe en synthèse granulaire, feutrée et presque inaudible avant le début de la partie. Le long du jeu, le son évolue en crescendo, aboutissant à des variations saturées et tonitruantes.

L'échiquier est un ancien échiquier traditionnel dont le damier central a été retiré et remplacé par une plaque en verre rétro-éclairée. Sous la table se tient une caméra DV reliée à un ordinateur portable, qui analyse la position des pièces.
Les pièces, classiques elles-aussi, sont dotées d’un symbole fiduciel sous leur socle qui va permettre au logiciel de les identifier. Le son provient de cinq enceintes, installées circulairement autour de la table.

Le code échiquéen de notation des coups (e4-e5 par exemple) devient le système de partition de Chessynthesis. Les joueurs/musiciens sont donc confrontés à un double enjeu : gagner la partie, et... réaliser une bonne performance.



Spécifications techniques :

Le système de captation vidéo est géré grâce au logiciel reacTIvision. Il permet d'interpréter la position d'une pièce même lorsque celle-ci est mouvante, dans la main du joueur. Ainsi le joueur/musicien peut disposer d'un aperçu (mais d'un aperçu seulement) des conséquences de son choix final (Aux échecs, lorsqu'une pièce est posée, on ne peut plus y toucher.)

Ces informations sont envoyées au logiciel Processing, où un programme va analyser l'état de la partie. Sont notamment pris en compte :
- la position de chaque pièce
- la position moyenne (centre de gravité) de chaque type de pièce
- le centre de gravité de chaque camp, prenant compte des positions ainsi que la valeur matérielle théorique des pièces (1 pour le pion, 9 pour la dame, etc.)
- l'éloignement de chaque pièce, type de pièce, et centre de gravité du camp par rapport au camp opposé
- le nombre de cases contrôlées, de protections et de menaces pour chaque pièce
- s'il y a échec et le type d'échec.

Ces informations, conjointement analysées permettent une interprétation assez fine de l'état de la partie. Toutes les informations obtenues sont alors envoyées au logiciel Puredata, qui va créer le son par synthèse granulaire. Cette technique, développée par Ianis Xenakis, permet de traiter le son comme de "petits grains".
Il faut donc imaginer le résultat comme une masse unique, une "boule sonore" qui va se déformer, s'étendre et se transformer au fil du déroulement du jeu.