Maxime Marion

en coming soon | fr

TRBU de nouveau en ligne

Le site du projet The Road Between Us a été inaccessible durant quelques mois, le voici enfin réouvert ! :)
Vous y trouverez explications détaillées en français et anglais, photos, expositions et une version alpha en ligne.

> http://theroadbetweenus.net

Brooklyn Bouncing

Petit morceau électro hiphop :)

GEM : The Shining !



Dans le cadre du projet Google Earth Movies, vous pouvez à présent découvrir la première séquence issue du film The Shining de Stanley Kubrick (1980), disponible en ligne à cette adresse (ou en cliquant sur l'image ci-dessus). Il faut avoir Google Earth d'installé sur votre ordinateur pour pouvoir le voir.
N'hésitez pas à cliquer à gauche et à droite durant la lecture, pour découvrir les paysages hors-champ ;)

Quai des Bulles

Le week-end dernier, j'étais au festival Quai des bulles à Saint-Malo, deuxième festival BD après Angoulême pour manolosanctis. 3 jours avec 13 auteurs en dédicace, un super stand, du soleil et la mer, plein de monde tout sympa, c'était vraiment un super moment.

 

You ha shock !

En fait Justice ils ont rien inventé, ils ont juste regardé Ken quand ils étaient petits.


Un remix fait rapidement de la chanson des méchants :

nouveaux petits joujoux

hé hé !
Ca fait plaisir de pouvoir toucher des vrais boutons quand même.

Nouveau site ! \o/

Et voilà, après près de deux ans de chantier, "bientôt de retour", je me suis enfin décidé à refaire mon site. J'essaierai de poster assez régulièrement maintenant :)

Bonne découverte, et merci à Emilie pour sa précieuse aide pour le design.

audioFactory



Type : installation interactive tangible, visuelle & sonore
Lieu : Cité des Sciences et de l'Industrie / exposition "Contrefaçon"
Date : 20 avril 2010 au 10 janvier 2011
Conception/réalisation : Maxime Marion, Emilie Brout, Pascal Chirol & Grégoire Lauvin

audioFactory consiste en une adaptation interactive du projet i++ Records, générateur automatique de musique pouvant créer à l’infini chansons, albums, groupes, pochettes… et délibérément présenté sur le web comme un collectif d’artistes de musique électronique revendiquant « l’humain derrière la machine ». Plusieurs albums créés, bientôt rejoints par des centaines voire des milliers d’autres, sont déjà diffusés gratuitement via différentes plateformes de partage de musique sous license libre creative commons. Cette démarche tend à interroger les notions d'oeuvre, d'auteur et de création tout en les mettant en regard des nouvelles pratiques de diffusion.

L'adaptation commandée par la Cité des Sciences & de l'Industrie pour l'exposition Contrefaçon, réalisée avec Emilie Brout (design), Pascal Chirol (Graphisme, openGL) & Grégoire Lauvin (électronique), consiste en un générateur de singles interactif temps-réel basé sur une interface tangible permettant de faire évoluer aussi bien la musique que le visuel de la pochette, le temps d'une chanson.






audioFactory est basé, comme tout système génératif, sur un équilibre entre hasard et règles. Les règles déterminées permettent de contrôler, de canaliser, voire de sculpter le hasard. Sans elles il n’y aurait qu’un imbroglio de sons et de notes, et tout l’enjeu esthétique d’une œuvre générative dépend de leur définition.

Les règles utilisées ici sont des valences (couples de propriétés) d'après le protocole pPOP, et simplifiées au nombre de cinq :
- Plastique blanc : Tempo lent / Tempo Rapide
- Plexiglas vert : Densité / Epure
- Bois rouge : Froideur (électronique) / Chaleur (acoustique)
- Metal bleu : Présence / Distance
- Mousse jaune : Fixité / Elasticité (ou groove)

En changeant la valeur de chacune d’elles, on modifie l’univers des possibles qui va être instantanément répercuté sur l’image (dont les propriétés visuelles dépendent des mêmes règles) et la musique. Il restera cependant toujours une part de hasard : chaque chanson est unique et ne pourra plus jamais être réentendue.
En fin de compte, chacun de ces morceaux n’est qu’une trace, un aspect de l’infinité des morceaux potentiels, et c’est cet univers des possibles dont on ne peut jamais vraiment faire le tour qui fait œuvre.


Vidéos prises lors des premiers essais

dodes'kaden





Type : installation sonore et lumineuse
Lieu : place du Roi George, Metz / Nuit Blanche 2
Date : 2 octobre 2009
Conception/réalisation : Emilie Brout & Maxime Marion

En référence à l'ancienne gare jouxtant la place du Roi George, Dodes’Kaden* consiste en une installation sonore et lumineuse se déployant sur 500 m2. À chaque départ ou arrivée de train dans la gare actuelle de Metz, ce couloir immatériel se recouvre d’une architecture de lumière, traversé d’un bout à l’autre par un son intense et prégnant.
Les visiteurs sont invités à parcourir le chemin central, balisé par vingt monolithes noirs comportant chacun enceinte et projecteur. Par le jeu immersif de la spatialisation sonore et du scintillement des spots lumineux, les spectateurs sont tour à tour enveloppés d’une atmosphère calme et hypnotique, et oppressés par des moments de tension intense. La partition musicale est composée en synthèse granulaire, technique exploitant le son comme de la matière, à partir de bandes originales de films de Sergio Leone et Akira Kurosawa.
L’histoire de l’ancienne gare étant riche et complexe, il semblait intéressant de jouer sur ce patrimoine et de la «ressusciter» en quelque sorte le temps d’une nuit. A cela s’ajoute le dialogue avec le trafic de la gare actuelle, permettant un jeu d’allers et retours symboliques entre les deux bâtiments. Ce lien relativement évident s’accorde idéalement avec la configuration de l’installation, sobre et percutante.

* Le titre fait référence au film de Kurosawa « Dodes’kaden » (onomatopée japonaise relative au son du train en marche) où un jeune homme mime un train imaginaire.



google earth movies


DuelGeM (d’après Duel de Steven Spielberg, 1971)


Le projet GeM, réalisé conjointement avec Emilie Brout, consiste en une série d’adaptations de scènes provenant de films célèbres dans Google Earth (déclinaison de Google Maps permettant d’explorer précisément le monde en 3D, d’après de nombreuses sources satellites, topologiques et météorologiques mises à jour en temps-réel).

Dans ce logiciel, sur les « véritables » lieux de tournage des scènes, nous reproduisons fidèlement les mouvements de caméra de chaque plan, et nous ajoutons à cela la bande son originale correspondante synchronisée. Le résultat final consiste en une vidéo où le film d’origine est reconnaissable, par son jeu de caméra, son rythme, son ambiance topologique et sonore, mais dans un monde fantomatique, vide de personnages.
Le regardeur se retrouve alors confronté simultanément à plusieurs perspectives et temporalités : l’angle de la caméra du film originel, ses mouvements et son rythme, son propre temps réel (mouvement actuel des nuages), ainsi que la vision satellite et topographique absolue de Google Earth, présentant ces séquences recontextualisées de la manière la plus « objective » possible.
Durant la lecture, on peut également manipuler la caméra avec la souris, afin de découvrir le paysage hors-champ.

La première séquence de la série est issue de la scène d'introduction de The Shining de Stanley Kubrick (1980).
Cliquez sur ce lien ou sur l'image pour la découvrir. (Google Earth doit être installé sur votre ordinateur).





Ce projet est lauréat de la bourse rêve numérique et est réalisé avec le soutien de la SCAM